João Saldanha et la loi de la junte

C’est lui qui aurait dû permettre au Brésil de broder sa troisième étoile sur son maillot. Pourtant, après avoir mené une brillante campagne de qualification à la tête de la Seleçao, le sélectionneur auriverde João Saldanha est débarqué quelques mois seulement avant le début de la coupe du monde 1970. La raison ? Des désaccords assumés avec le pouvoir dictatorial à la tête du pays ainsi que des méthodes et discours sûrement trop révolutionnaires. Militant communiste, « João sans peur » reste le bâtisseur d’une équipe glorifiée par le Brésil et sa junte.

Lire la suite

Flamengo-Vasco, Classico et lutte des classes

Les équipes marketing de Flamengo tentent de cacher un passé obscur. Autoproclamé « équipe du peuple », le club n’a pourtant pas toujours rempli son rôle populaire. Au contraire, ses fondateurs prônaient un fort éloignement vis-à-vis des couches inférieures de la société. Comment le club de l’élite bourgeoise de Rio de Janeiro, qui refusait de faire jouer des personnes de couleur, est-il devenu le club des masses brésiliennes ?

Lire la suite

Marcelo Bielsa, valeurs et paradoxes

Invité à s’exprimer sur la crise sociale qui secoue le Chili, Marcelo Bielsa a adressé un message de soutien aux manifestants : « J’admire ce que fait le peuple chilien. Les citoyens ordinaires. Ils abordent la démocratie d’une manière différente. Ils comprennent que pour avoir une bonne démocratie, il faut faire plus que voter. Ils donnent un exemple de conviction ». Ces quelques mots laissent transparaître les idéaux de Marcelo Bielsa, ancrés à gauche. Ils nous permettent également de nous interroger sur la place qu’occupent ces convictions dans la vie d’El Loco, sur le terrain et ailleurs.

154 Partages
Lire la suite

Argentine-Pérou 1978, sous l’ombre du plan Condor

Sur la route de son succès sportif, l’Albiceleste a croisé le fer avec huit sélections. Malgré des matchs contre la France, l’Italie ou le Brésil, la rencontre la plus mémorable fut sans aucun doute le dernier match de la seconde phase de poules contre le Pérou. Un affrontement conclu par un large succès, et sur lequel le spectre d’un arrangement plane.

Lire la suite

Mundial 1978 : le football au service de la dictature argentine

Le 1er juin 1978, Jorge Rafael Videla, président de l’Argentine depuis le coup d’État de 1976, inaugure le premier Mondial disputé sur le sol argentin devant les tribunes combles du stade de River Plate. Les journalistes proches du pouvoir tel que Mariano Grondona (Visión) se réjouissent d’un climat « paisible et sans peur » autour de la manifestation sportive, érigée en symbole d’un pays nouveau capable de tenir ses engagements.

Lire la suite

Mondial 1978, « Should I Stay or Should I Go » ?

Politique, complexe, passionnelle… La question du (non) boycott de la Coupe du monde 1978, organisée par la junte militaire argentine, est un marronnier de l’histoire du Mondial. Côté débat, un nœud gordien. Tâchons donc de nous départir de cet écueil pour ne pas nous contenter de relater les faits mais plutôt pour les inscrire dans l’écosystème politique, historique et culturel dans lequel ils se sont déroulés.

0 Partages
Lire la suite

La démocratie corinthiane contemporaine : un mythe ?

L’histoire est sans doute noble. Plus que des athlètes, les joueurs des Corinthians ont été de véritables combattants en faveur de la démocratie et de la liberté. Mais, sans tomber dans un romantisme culturel qui ferait de tout corinthiano un activiste des droits de l’homme, quel serait l’héritage du mouvement dans un contexte politique de menace autoritaire, avec Bolsonaro au pouvoir ?

Lire la suite