Pourquoi tant de clubs espagnols ont le nom de « Real » ?

En France, lorsque l’on évoque le terme « Real », l’équipe de Madrid nous vient systématiquement en tête. Si ce raccourci est sans doute dû aux innombrables succès de l’équipe madrilène, il ne faut pas oublier que l’institution est loin de disposer du monopole de l’appellation. Real Saragosse, Real Sociedad ou encore Real Betis : ils sont plusieurs centaines de clubs à marquer leur attachement à la couronne espagnole. Retour sur une histoire vieille de plus d’un siècle qui perdure encore aujourd’hui.

En Espagne comme dans la plupart des pays d’Europe occidentale, le football a été importé grâce à l’arrivée de marins britanniques à la fin du XIXème siècle. Après quelques temps de pratique plutôt informelle, les premières sections organisées en clubs ont vu le jour dans les premières années du siècle suivant. Il a cependant fallu attendre 1902 pour qu’un championnat institutionnalisé voie le jour. La Copa de la Coronación, ancêtre de la Coupe du Roi, est née d’une volonté bien précise puisqu’elle s’est déroulée afin de célébrer la majorité du roi Alfonso XIII.

L’idée de ce tournoi est portée par Juan Padros, député appartenant au Parti Libéral et président du Madrid Football Club, puis validée par Alfonso XIII. Remportée par le Club Vizcaya – ancêtre de l’Athletic Bilbao –, cette compétition est une franche réussite populaire puisque près de 3 500 spectateurs assistent à la finale. Le roi, qui découvre le football, adhère très vite à ce sport à tel point qu’il décide de répéter cette échéance chaque année. La future Coupe du Roi est née, et le football est définitivement devenu crédible aux yeux des instances politiques espagnoles. Tellement crédible qu’Alfonso XIII souhaite en faire un véritable instrument politique, en coopérant le plus possible avec les clubs récemment apparus

Et Alfonso XIII « réalisa » son rêve

Passionné de ballon rond, le roi souhaite assister à de nombreux matchs. Si ses responsabilités souveraines l’occupent naturellement beaucoup, il consacre une grande partie de son temps libre à suivre ce sport. C’est alors qu’il a une idée un peu folle, mais révolutionnaire pour l’époque : donner la bénédiction royale à toutes les équipes le désirant. Si certaines mauvaises langues critiquent alors une instrumentalisation politique de la part d’Alfonso XIII et la recherche d’une complicité royale du côté des clubs, le projet de « royaliser » un nombre illimité d’équipes espagnoles suit son cours. En 1908, la première équipe à solliciter le statut est le tout récent Club Deportivo de La Coruña, fondé deux ans plus tôt. Aujourd’hui connu sous le surnom de Deportivo, le club voit alors le terme Real ajouté devant son nom.

En contrepartie, le roi possède de nombreux avantages. Il devient président d’honneur du club et obtient surtout la possibilité d’assister à toutes les rencontres de son choix dans les meilleures conditions possibles. Un partenariat gagnant-gagnant donc, entre un roi qui améliore son image en faisant sien un sport toujours plus populaire et un club qui bénéficie désormais de la reconnaissance suprême. En effet, outre son changement de nom, le Depor dispose désormais d’une couronne au-dessus de son écusson, marquant son attachement à la monarchie. De nombreuses équipes suivront cette mode dans les années suivantes, comme la Real Sociedad (1910), le Real CD Espanyol et le Real Sporting Gijón (1912) ou le Real Betis (1914), non sans l’apport quasi systématique de figures politiques locales. Avant de donner son aval à ces manœuvres, Alfonso XIII prend bien soin de demander aux clubs en question qu’ils lui fournissent l’identité de la totalité des socios. La sélection est alors formelle, car il n’est certainement pas question de parrainer une société sportive dont les sympathisants sont des opposants au pouvoir ou des anarchistes, ennemis jurés du Roi d’Espagne.

Le Real Betis et la Real Sociedad, deux clubs reconnus par le pouvoir royal parmi tant d’autres (Manquepierda.com)

Cette pratique est ainsi courante dans la Péninsule, mais elle atteint un autre stade quelques années plus tard. En 1916, alors que les Baléares ne comptent toujours pas de section footballistique, un groupe d’intellectuels locaux décident de combler le vide et de créer un club à Palma de Majorque. Plutôt que de donner un nom rappelant l’ancrage local de la nouvelle équipe, ceux-ci décident d’appeler le club Club Deportivo Alfonso XIII. Évidemment, le roi accepte immédiatement de parrainer une section qui prend le nom de Real Sociedad Alfonso XIII, et dont l’équipe réserve se nomme Victoria Eugenia FC, s’inspirant directement du nom de la reine. Rétrospectivement, ce choix est toujours difficile à expliquer aujourd’hui, puisque le premier président, Adolfo Vazquez Humasqué, deviendra Ministre de l’Agriculture… lors de la Seconde République espagnole (1931-36). Surtout, et malgré sa dénomination, le club se voit interdire l’accès aux compétitions nationales sous prétexte que les Baléares ne disposent à ce moment pas de terrain réglementaire.

(Todocoleccion)

         Par la suite, nombreuses sont les équipes à obtenir la dénomination royale. En 1920, c’est au tour de la plus célèbre de toutes ces institutions d’être couronnée, puisque le Madrid Football Club devient le Real Madrid. Bien ancrée dans les principes monarchiques, cette tendance prend brutalement fin en 1931, lorsque la Seconde République est proclamée. Il faut immédiatement se défaire de tous les signes monarchiques que l’on trouve dans l’ensemble de la société, et à l’heure où le football se professionnalise, ce sport est scruté de près par les dirigeants républicains. Ainsi, tous les clubs adoubés par le roi sont contraints de changer de nom. Le Real Murcia devient Murcia FC, et la Real Sociedad Alfonso XIII s’appelle désormais le Club Deportivo Mallorca. Les couronnes symboliques disparaissent également des écussons.

Historique des écussons du Real Madrid, sans couronne entre 1931 et 1941 (Tous-logos)

         L’intermède républicain ne dure cependant que quelques années. À partir de 1939, le gouvernement de Francisco Franco autorise à nouveau les dénominations royales. Même si Alfonso XIII n’occupe plus la fonction de roi, de nombreux clubs obtiennent alors l’ajout du terme « Real ». La tendance, bien que minoritaire, se poursuit encore aujourd’hui. Vieux de cent ans, le club amateur canarien autrefois nommé CD Gara a changé de nom en 2012 et s’appelle désormais Real Club Deportivo Gara. En 1977, cette reconnaissance royale est même allée plus loin, puisque le roi Juan Carlos Ier a adoubé le Real España, club de première division… hondurienne. Et cette pratique n’est pas exclusive à l’Espagne, puisque les initiales du RSC Anderlecht signifient « Royal Sporting Club ».

Il est ainsi purement erroné de désigner le Real Madrid en l’appelant simplement « Real », d’autant qu’aux origines, le club de la capitale était très loin d’être le plus emblématique de la monarchie espagnole. Ce n’est ainsi pas un hasard si les Espagnols font référence au club entraîné par Zinédine Zidane en le nommant familièrement « El Madrid ». L’histoire nous montre qu’il n’existe aujourd’hui pas « le Real », mais « les Real ». Parce qu’ils le valent bien, appelons-les ainsi.

0 Partages

Elio Bono

Papa de la famille FootPol. Amateur d'Italie, de bonne nourriture, de balle ovale et d'Espagne.

Une pensée sur “Pourquoi tant de clubs espagnols ont le nom de « Real » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *