Quand la géopolitique s’invite au tirage au sort de l’Euro 2020

Samedi 30 novembre 2019 s’est déroulé le tirage au sort des groupes de poule de l’Euro 2020, qui aura lieu du 12 juin au 12 juillet prochain dans douze pays différents. L’UEFA a garanti à chaque sélection nationale représentée par une ville-hôte qu’elle jouera dans ladite ville, de quoi complexifier le tirage. Et la géopolitique de l’Europe centrale et de l’Est s’est invitée aux festivités. Explications. 

Il y avait quatre chapeaux différents pour le tirage au sort, composés de six équipes chacun. La simplicité aurait voulu qu’une équipe de chaque chapeau soit tirée pour former un groupe de quatre équipes, comme il était habituellement de coutume. Cependant, il a fallu prendre en compte les pays qualifiés ayant une ville hôte. Aucun n’était directement qualifié, mais l’UEFA a assuré aux pays ayant obtenus leur billet pour la compétition de jouer dans « leur » ville hôte. Avant même le début du tirage, l’Italie s’est donc retrouvée dans le groupe A qui jouera ses matchs à Rome (Italie) et à Bakou (Azerbaïdjan), l’Angleterre dans le groupe D qui jouera à Londres (Angleterre) et à Glasgow (Ecosse), l’Allemagne dans le groupe F qui jouera à Munich (Allemagne) et à Budapest (Hongrie), le Danemark et la Russie dans le groupe B qui jouera à Saint-Pétersbourg (Russie) et à Copenhague (Danemark), l’Espagne dans le groupe E qui jouera à Bilbao (Espagne) et à Dublin (Irlande). Un mode de désignation des groupes pour le moins particulier, qualifié de « cocasse » par Didier Deschamps.

Interdiction d’une confrontation entre les sélections ukrainienne et russe depuis 2014

Par ailleurs, la Russie et l’Ukraine ne pouvaient pas se retrouver dans le même groupe. Il n’était donc pas possible que l’Ukraine se retrouve dans le groupe B. De ce fait, la sélection ukrainienne a été basculée dans le groupe C. Depuis une décision de l’UEFA en date du 17 juillet 2014 prise, les deux sélections nationales ne peuvent plus être tirées au sort, du fait des relations tendues entre les deux pays. Dans l’histoire récente du football, les sélections nationales ukrainienne et russe ne se sont affrontées qu’à deux reprises, lors des qualifications pour l’Euro 2000. Le match aller, remporté par l’Ukraine, s’était joué à Kiev le 5 septembre 1998. Le match retour à Moscou le 9 octobre 1999 s’était soldé d’un match nul. 

L’interdiction des rencontres entre les équipes nationales des deux États a fait suite à l’annexion de la péninsule de la Crimée par la Russie en mars 2014. Depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1992, suite à la fin de la Guerre froide et l’implosion de l’URSS, l’influence russe demeurait perceptible dans l’est de l’Ukraine. L’annexion de la Crimée a provoqué des révoltes dans la région du Donbass, dans l’est ukrainien, notamment dans les provinces de Donetsk et de Louhansk, qui se sont autoproclamées indépendantes en 2014. Mais elles ne sont reconnues indépendantes ni par les États européens, ni par l’Ukraine, ni par la Russie. Néanmoins, cela a conduit à l’installation d’une ligne de front fixe entre les nationalistes ukrainiens et les séparatistes pro-russes. Depuis près de six ans, l’Ukraine cherche à récupérer l’intégralité de son territoire. L’UEFA n’a pas revu son interdiction de rencontre entre les deux pays dans la mesure où des affrontements récurrents sont observés, comme cela a été le cas en novembre 2018 en mer d’Azov. 

Une qualification du Kosovo lors des barrages ? 

Le tirage au sort devait également prendre en compte les résultats possibles des barrages, des 26 et 31 mars prochain. Le pays qualifié à l’issue des barrages de la voie D pourrait être le Kosovo. Or, le 18 octobre dernier, l’UEFA a interdit les rencontres entre les sélections nationales du Kosovo et de la Russie dans des compétitions de l’UEFA. Dans un communiqué publié en ligne, l’UEFA justifie sa décision « Compte tenu des risques sécuritaires autour des matches entre les équipes de Russie et du Kosovo, le Comité d’urgence a décidé que les deux équipes ne pourront plus être tirées au sort l’une contre l’autre à l’avenir dans quelque compétition de l’UEFA que ce soit, et ce que jusqu’à nouvel ordre ». Pourquoi cette mesure ? Le Kosovo a déclaré son indépendance unilatéralement le 17 février 2008. L’ancienne province serbe était sous protection de l’ONU depuis les conflits de 1998. La Serbie ne reconnaît pas l’indépendance du petit État des Balkans. Et la Russie, principal allié de la Serbie à l’international, ne reconnait pas le Kosovo comme un État. À noter qu’à ce jour, cinq États membres de l’Union européenne, dont certains qualifiés ou barragistes pour l’Euro 2020, ne reconnaissent pas le pays : l’Espagne, la Grèce, la Roumanie, la Slovaquie et Chypre. En cas de qualification à l’Euro 2020 lors des barrages, le Kosovo rejoindrait ainsi le groupe C. 

En juin prochain, à l’issue de la phase de groupe de l’Euro 2020, les deux premiers seront qualifiés ainsi que les quatre meilleurs troisièmes. Seulement six équipes seront éliminées. L’UEFA n’a pas précisé quelles serait sa position si la sélection ukrainienne et la sélection russe devaient se rencontrer lors de la suite de la compétition. Les deux sélections pourraient éventuellement être amenées à s’affronter en quart de finale, sous condition de qualification lors de la phase de groupes et des huitièmes de finale, et selon la place occupée dans le classement à la fin de la phase de groupes. Si le Kosovo se qualifie pour la compétition et passe la phase de groupe et les huitièmes de finale, il pourrait également être amené à rencontrer la Russie en quart de finale. 

Une possible confrontation République d’Irlande – Irlande du Nord en finale des barrages

Dans la voie B des barrages, composée de la Bosnie-Herzégovine, la Slovaquie, la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, les deux sélections nationales de l’île verte pourraient être amenées à se rencontrer en finale. En effet, la première demi-finale opposera l’Irlande du Nord à la Bosnie-Herzégovine. La deuxième demi-finale sera une confrontation entre la République d’Irlande et la Slovaquie. En cas de victoires des sélections irlandaise et nord-irlandaise, celles-ci se disputeront une place pour le groupe E de l’Euro 2020. Les deux pays se sont affrontés pour la dernière fois le 15 novembre 2018 lors d’un match amical qui s’était conclu par un score vierge. L’ambiance dans les travées de l’Aviva Stadium de Dublin avait été tendue, avec des supporters agressés et l’hymne du Royaume-Uni, God Save the Queen, adopté par  l’Irlande du Nord, hué. Il y a quatre ans, lors de l’Euro 2016 en France, la République d’Irlande et l’Irlande du Nord avaient participé pour la première fois à une même compétition officielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image